Eiger (3970 m), face ouest

La perturbation venant du sud, direction l'Oberland bernois, au nord des Alpes. J'avais écrit un scénario très simple : départ avec le 1er train, arrivée sommet au sommet de l'Eiger (3970 m) à 11h, retour à la gare à 12h, en même temps que le mauvais temps. Mais un producteur farceur a perturbé le tournage ! Vers 10h, dans les vastes pentes sous le sommet, tout se bâche et les premiers flocons débarquent. Pour donner un côté tragique au film, paraît-il. Mon scénario était trop à l'eau de rose. Pfff ! Si c'est comme ça, je redescend, t'as qu'à y aller, toi, si tu veux des scènes sordides. Finalement, on se met d'accord : on garde le vent, un bon foehn que j'ai reçu comme un bourre-pif, mais on remet le soleil, pour réchauffer les pentes gelés du milieu de la face et laisser une bonne visibilité au sommet. Résultat, des conditions très correctes pour la descente ! Belle neige froide sur 300m dans le haut, un peu de carton sur 200m, puis 800 m de très bonne neige transformée, et enfin 400m de soupe tout en bas.

Date: 
19/05/2012
Eiger (3970 m), face ouest
La face nord à ski ? Non, ça ira merci. A droite, la face ouest.
Eiger (3970 m), face ouest
Le sérac qui domine le début de l'itinéraire
Eiger (3970 m), face ouest
Eclaicie fugitive sur le couple Schreckhorn-Lauteraarhorn
Eiger (3970 m), face ouest
Vue plongeante sur la face ouest